• * Saint Georges et le dragon

    Saint Georges et le dragon

    Introduction

    L’iconographie de saint Georges et du dragon a toujours constitué un puissant moteur de l’imaginaire européen. La représentation de la légende de saint Georges est sans doute la plus diffusée dans l’Occident chrétien et principalement catholique.

    Le succès du culte de saint Georges fut considérable et sa renommée s’est répandue dans toutes les parties du monde occidental. Il est devenu l’emblème de pays et régions d’Europe comme l’Angleterre, le Portugal, la Catalogne et l’Aragon.

    Figure polysémique, saint Georges fut également le saint patron de corporations, d’ordres divers et de nombreuses villes européennes qui se sont placées sous sa protection. Il en résulte de multiples représentations peuplant les plus grandes collections européennes, mais aussi de nombreuses évocations dans des traditions populaires.

    Nous pouvons nous interroger à propos de la façon dont saint Georges et le dragon se présentent aux yeux de nos contemporains, comment ils voient le terreau des différents combats de l’homme contre des forces hostiles, mais aussi, et peut-être surtout, de l’homme contre lui-même dans l’affirmation de son destin.

    Au moins mille cinq cents représentations du combat de saint Georges contre le Dragon ont été répertoriées.

    a) des tableaux ....

     * Saint Georges et le dragon

      * Saint Georges et le dragon  * Saint Georges et le dragon  * Saint Georges et le dragon

                       par Luca Signorelli                                                   par Vasily Kandinsky                                        par Hans Von Aachen

     b) des sculptures ...

      * Saint Georges et le dragon   * Saint Georges et le dragon   * Saint Georges et le dragon

    c) des vitraux ...

      * Saint Georges et le dragon   * Saint Georges et le dragon   * Saint Georges et le dragon   * Saint Georges et le dragon

    Chaque représentation nécessite une grande vivacité de la part de l’artiste qui s’y emploie. Les peintres et sculpteurs sont confrontés à un problème fondamental : ils doivent opposer deux fictions dans un même combat ! La première fiction, évidente, est celle du dragon que personne n’a jamais vraiment vu ! La seconde, celle de saint Georges, car il n'a pas d'ancrage historique fort précis.

    Bien que Cesare Ripa dans son Iconographie nous offre une description de la bête : ailée, avec une queue de serpent et des griffes, l'imaginaire et la créativité des artistes sont mis à rude épreuve. Ils doivent tenter avant tout d'offrir une bête composite la plus monstrueuse possible. Comme on n’en connait évidemment pas les « détails », chaque artiste les invente à sa guise. On observe une évolution extraordinaire dans la représentation des figures centrales de cette légende.

    Les évolutions iconographiques

    Si au départ, la « bête composite » prend la forme du monstre décrit par Cesare Ripa, elle devient très vite après les croisades une espèce de crocodile. Ce qui peut s’expliquer par le fait qu’en Palestine, les Croisés ont eu l’occasion de voir des bêtes immenses aux bouches pleines de dents. Ils revinrent même avec des têtes de crocodile pour prouver aux populations que le dragon existait !

    A contrario, aux 14ème et 15ème siècles, saint Georges ressemble plus à un soldat. Il porte une arme avec une cotte de mailles, une cuirasse et un casque. Mais à la fin du 15ème et au début du 16ème siècle, il ressemble plus à un dandy. 

    On est ainsi passé de la chevalerie active et des croisades à la Renaissance durant laquelle saint Georges fut parfois affublé de chapeaux à plumes et ne combattant le dragon que « très légèrement », alors qu’au départ, les représentations étaient très physiques. En effet,saint Georges était le patron des croisés et son combat était alors assimilé à celui que menaient les croisés contre les incroyants détenant le tombeau du Christ et les lieux saints.

    La croix rouge sur fond blanc des croisés est également le drapeau de saint Georges qui est lui-même le drapeau du Christ ressuscité.

    Les lieux du combat

    Saint Georges et le dragon sont tous deux liés à des lieux différents dans les multiples représentations qui existent. Ceux-ci ont une valeur symbolique importante.

    Le dragon vit dans ce qui n’est pas figé, dans l’informel : les sous-bois, les marais, les grottes…

    Saint Georges, par contre, se présente dans des lieux parfaitement délimités. Ainsi, dans un tableau de Paolo Uccello, saint Georges est placé du côté des champs puisqu’il est aussi l’agriculteur (Son prénom « Georg » signifie le laboureur). Il crée la barrière entre le cultivé et « l'inculte », entre le civilisé et non-civilisé. 

     * Saint Georges et le dragon

    Une très belle peinture d'Andrea Mantegna représente saint Georges en vainqueur, debout simplement, le dragon à ses pieds. La queue du dragon poursuit la sinuosité du chemin qui monte vers la ville. Tout à coup, le dragon quitte l’informe et se transforme tout doucement.

     * Saint Georges et le dragon

    Ce tableau, intitulé « Saint Georges » est attribué au peintre italien Andrea Mantegna. Peint vers 1460, il est conservé aux "Gallerie dell'Accademia" de Venise.

    Le personnage est représenté placé dans un encadrement de marbre, serein et impassible. Le paysage à l'arrière-plan laisse apparaître une vue sur une ville fortifiée reliée par une route qu'il vient de parcourir pour combattre le dragon placé à ses pieds sur lequel il a brisé sa lance. Le paysage rocailleux, le ciel nuageux et la perspective placée derrière lui mettent en valeur le personnage. Il incarne non pas un saint chrétien mais bien plus un héros antique surmonté d'une guirlande fruits symboliques.

    Fiction ou réalité ?

    Fiction et réalité semblent perpétuellement mêlées dans l’histoire de saint Georges. Est-ce une légende, un mythe ? La légende tend plus vers une traduction en mots, en images, d'une histoire qui a un ancrage particulier. La Légende Dorée de Jacques de Voragine qui réunit au 16ème siècle tous les éléments disparates qui existent sur Saint-Georges fonde son histoire. Le mythe quant à lui est beaucoup plus considérable. 

    Avant d'être défini par Voragine, saint Georges apparaît déjà à travers le personnage de Persée qui délivre Andromaque, ou à travers celui d'Horus qui tue une bête malfaisante. La figure mythique de l’homme, ou du dieu ou du héros au sens grec, qui doit affronter un monstre menaçant une personne ou une population revient perpétuellement dans l'Histoire. 

    Saint Georges et les artistes contemporains

    Plusieurs artistes contemporains dont Luc Tuymans, Angel Vergara Santiago et Giuseppe Penone font écho, via leur œuvre, au mythe de saint Georges. Leurs œuvres, sont bien sûr loin des formes de représentation plus anciennes.

    Ainsi, dans un tableau de 3,80 m de large, Luc Tuymans représente cinq personnes accoudées à une balustrade, regardant le panorama de la bataille de Waterloo. La peinture montre des gens regardant une peinture : c’est l’œil contemporain qui s’approprie les images et traces d’un événement passé. C’est un plongeon de notre œil dans le temps.

    Ces cinq personnes regardent en fait le panorama de la bataille de Waterloo – une image de plus, qui nous invite à regarder des images anciennes écartées de leur emplacement d’origine. La peinture de Luc Tuymans met donc en évidence notre regard sur les œuvres anciennes.

     * Saint Georges et le dragon

    Cette vaste toile de Luc Tuymans frappe par l'absence du héros martyr, du dragon qu'il terrasse et de la princesse, enjeu du combat – les trois éléments clés de l'iconographie habituelle. Restent l'horizon flou et les silhouettes fantomatiques de cinq spectateurs vus de dos, qui semblent être les témoins silencieux et presque indifférents d'un spectacle non visible. Dans la légende de saint Georges, après avoir livré la princesse au dragon, les « lâches citadins » s'étaient retranchés derrière les murailles de la ville pour assister de loin et sans réagir au combat.

    Ici, placés à l'avant-plan du tableau, les spectateurs passifs deviennent le cœur de la réflexion du peintre contemporain. Ainsi Luc Tuymans nous invite-t-il à nous interroger sur notre comportement face aux images d'une actualité toujours plus violente, que nous regardons quotidiennement sur nos écrans, à la fois victimes et complices d'un système. Le mythe de saint Georges adopte de cette façon une lecture contemporaine, plus humaine et dénuée de son caractère fantastique.

    Saint Georges aujourd'hui

    Au fil du temps, l'histoire a été adaptée pour correspondre aux mythes chrétiens, mais elle reste l'histoire d'un homme courageux.  La question fondamentale du mal inacceptable et de l'homme courageux qui lutte contre celui-ci est une histoire qui tiendra toujours l'humanité. 

    Conclusion

    Tous les saints Georges, qu’ils soient sculptés, peints ou dessinés, nous les regardons avec notre savoir et notre regard d’aujourd’hui. Nous avons perdu notre innocence face à eux. Nous pouvons donc y voir l’allégorie toute nue d’un homme face à ses peurs et qui met en branle son courage. Et le dragon, affublé d’une crête ou d’ailes, ne nous fait plus peur !

    Informations synthétisées par le Frère André B.

     

    Avec mes remerciements à notre Frère Jean-Paul VS.

    Bibliographie

    Brochure de l'exposition "L'homme, le dragon et la mort - La gloire de saint Georges" - Mons 2015 (18.10.2015 - 17.01.2016).

    Sitographie

    Les œuvres insérées ci-dessus proviennent des sites suivants :

    https://www.google.be/search?q=Luc+Tuymans+saint+Georges&espv=2&biw=1600&bih=799&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0ahUKEwjx6dzY1PXLAhVhIJoKHawmDPMQsAQIKQ&dpr=1#imgdii=Tof1sVb5UYi9RM%3A%3BTof1sVb5UYi9RM%3A%3BGHvzjhPBGMfh8M%3A&imgrc=Tof1sVb5UYi9RM%3A

    https://www.google.be/search?q=Luc+Tuymans+saint+Georges&espv=2&biw=1600&bih=799&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0ahUKEwjx6dzY1PXLAhVhIJoKHawmDPMQ7AkINA&dpr=1#imgrc=6yChakUsw5TN8M%3A

     http://www.narthex.fr/news/la-gloire-de-saint-georges-lhomme-le-dragon-et-la-mort

     Pour retrouver une impressionnante série d'autres représentations :

    https://www.google.be/search?hl=fr&site=imghp&tbm=isch&source=hp&biw=1600&bih=799&q=paolo+uccello+saint+georges+terrassant+le+dragon&oq=paolo+uccello&gs_l=img.1.2.0l8.6841.9632.0.13464.13.7.0.6.6.0.165.931.0j7.7.0....0...1ac.1.64.img..0.13.943.UqQZw2imfQs#hl=fr&tbm=isch&q=saint+georges+terrassant+le+dragon&imgrc=_


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter